La Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) permet de proposer le plan de traitement destiné au patient, grâce à des échanges entre médecins de spécialités différentes mais complémentaires.


Les généralités sur les Réunions de Concertation Pluridisciplinaire

La Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) est un temps formalisé d’échanges pluridisciplinaires, associant des professionnels de santé dont les compétences sont indispensables pour rendre un avis éclairé sur le cas de chaque patient atteint de cancer. Cette concertation doit ainsi donner lieu à un avis pour la proposition thérapeutique initiale, mais aussi pour toute modification ultérieure notable du traitement et en cas d’arrêt des thérapeutiques spécifiques du cancer.

Le volet réglementaire

Dispositif d’autorisations au traitement du cancer et RCP

Tout établissement de santé autorisé au traitement du cancer se doit de disposer d’une organisation qui assure à chaque patient l’annonce du diagnostic et d’une proposition thérapeutique fondée sur une concertation pluridisciplinaire et traduite dans un programme personnalisé de soins remis au patient” (Art. R. 6123-91-1. du Décret no 2022-689 du 26 avril 2022 relatif aux conditions d’implantation de l’activité de soins de traitement du cancer).

Ainsi, tout établissement de santé autorisé au traitement du cancer se doit d’organiser ou de co-organiser des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire.

Une RCP doit respecter certains critères

Être inscrite dans un annuaire régional ou national.
Être organisée par les établissements autorisés à traiter le cancer.
Avoir une fonction de coordination assurée par un médecin clinicien spécialisé dans le champ d’action de la RCP. Il est garant du pilotage et de la qualité de l’organisation de la RCP.
Avoir une fonction d’assistanat (secrétariat). Elle est garante de la gestion des inscriptions en RCP (dossiers et participants), et de l’envoi des comptes-rendus.
Avoir une charte de fonctionnement, ou une convention pour les RCP pluri établissements. Elles doivent entre autres, faire référence aux indicateurs mis en place afin de suivre la qualité de la RCP.
Avoir lieu de façon hebdomadaire afin de limiter les délais de prise en charge des patients. Toute réunion de concertation pluridisciplinaire ne pouvant respecter cette obligation, peut éventuellement se tenir de façon bimensuelle mais doit dans ce cas disposer d’une procédure d’urgence si un cas ne peut attendre ce délai.
– Permettre une connexion en distanciel.
Avoir mis en place une procédure permettant le maintien des séances en cas de crise sanitaire.
Rendre un avis formalisé, tracé par l’établissement et présent dans le DCC. Cet avis sera présenté au patient par son médecin référent et donnera lieu à l’élaboration du PPS.
– Mettre en place une démarche d’auto-évaluation.

La décision thérapeutique finale sera prise suite à la discussion entre le patient et son médecin cancérologue référent. Les cas où cette décision diffère de l’avis de la RCP doivent être justifiés (par exemple, refus du patient, ou encore survenue d’un élément nouveau,…).

Consulter le référentiel organisationnel “La réunion de concertation pluridisciplinaire en cancérologie” de l’Institut National du Cancer

Les différents types de RCP

L’évolution des modalités d’autorisation au traitement des cancers en 2022 a entrainé une gradation des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), avec notamment des RCP “standards”, et des RCP de “recours” pour les cas de chirurgie complexe. Cette gradation est liée aux mentions des autorisations dont disposent les établissements organisateurs de la RCP (mention A = standard, mention B = recours, mention C = pédiatrie). Ces mentions sont délivrées aux établissements de santé par les Agences Régionales de Santé.

Ainsi, on distingue 5 types de réunions de concertation pluridisciplinaire :

RCP d’organe (“standard”)

Les RCP d’organe sont classées par spécialité (ex. un dossier de patient présentant un cancer de la vessie doit être présenté en RCP d’urologie, un cancer du poumon en RCP de pneumologie, etc.).

Les établissements de santé titulaires d’une autorisation de mention A doivent organiser des RCP standards selon les localisations des tumeurs concernées.

Les établissements de santé titulaires d’une autorisation de mention B (qui sont les organisateurs des RCP de recours) doivent également assurer des RCP standards selon les localisations des tumeurs concernées.

RCP de recours chirurgical

Elles concernent les patients qui relèvent ou sont susceptibles de relever d’une chirurgie oncologique dite « complexe ». Ce sont les chirurgies complexes multiviscérales, ou nécessitant une approche chirurgicale multidisciplinaire, les chirurgies après récidive du cancer, ou encore la chirurgie oncologique en zone irradiée. Certaines chirurgies font par ailleurs appel au recours selon l’organe concerné : œsophage ou jonction gastro-œsophagienne, foie, estomac, pancréas, rectum, ovaire.

Les RCP de recours sont organisées par les établissements autorisés à la mention B.

RCP cancers rares

Les patients atteints de cancer qualifié de rare et entrant dans l’un des réseaux labellisés par l’Institut National du Cancer (INCa), doivent voir leur projet thérapeutique examiné par la RCP cancer rare concernée, organisée par l’établissement de santé disposant d’un centre labellisé par l’INCa.

Le dossier du patient peut avoir été présenté en RCP standard préalablement par le médecin référent, en cas de doute sur la classification du cancer du patient.

Pour plus d’informations sur les cancers rares, consultez notre rubrique dédiée.

RCPE (RCP d’expertise)

Une RCP d’expertise est une RCP qui met à disposition des autres RCP de son territoire ou de la région, une compétence rare sur un domaine particulier (ex. biologie moléculaire,…)

RCPPI (RCP pédiatrique interrégionale)

Les patients qui ont moins de 18 ans, doivent voir leur projet thérapeutique présenté en RCP Pédiatrique Interrégionale RCPPI.

Les RCPPI ne peuvent être organisées que par les ES de mention C, dans le cadre de l’OIR (Organisation Interrégionale de pédiatrie). Dans notre région, il s’agit de l’OIR PACAURA (régions PACA et AURA).

Pour les patients AJA, la double compétence médicale adulte/pédiatrie en RCP est recommandée (avis complémentaire d’un cancérologue adulte pour un patient de moins de 18 ans, et avis d’un cancérologue pédiatre pour un jeune adulte de moins de 25 ans).

Pour avoir une vision globale des différents types de RCP :

L’Institut National du Cancer a publié dans son référentiel RCP, un arbre décisionnel (page 27) afin de faciliter le choix du type de RCP à solliciter.

Les outils pratiques du DSRC OncoPaca-Corse                     

Le DSRC OncoPaca-Corse propose des outils d’aide à la pratique :

  • Charte régionale des RCP (en cours de mise à jour suite à la publication du référentiel RCP INCa)
  • Répertoire des RCP de Paca, Corse, et Monaco (en cours de mise à jour suite à la publication du référentiel RCP INCa)
Dernière modification le 19 Juil 2024

S'abonner à nos newsletters