POD1UM- 303 / InterAACT 2 - INCMGA 0012-303*
Étude de phase III, internationale, multicentrique, randomisée en double aveugle, portant sur le carboplatine-paclitaxel en association avec l’INCMGA00012 ou un placebo chez des patients atteints d’un carcinome épidermoïde du canal anal métastatique ou en récidive locale non opérable, n’ayant pas été précédemment traités par chimiothérapie systémique

Phase : III

Type d'essai : Industriel

Thème spécifique : Cancer et VIH

Etat de l'essai : Ouvert

Objectif principal

Comparer l’efficacité du carboplatine-paclitaxel en association avec l’INCMGA00012 par rapport au carboplatine-paclitaxel avec placebo chez des patients atteints d’un carcinome épidermoïde du canal anal (CECA) métastatique ou en récidive locale inopérable, n’ayant pas été précédemment traités par chimiothérapie systémique.

Résumé / Schéma de l'étude

Critères d'inclusion

  1. Patients capables de comprendre un formulaire de consentement éclairé écrit relatif à l’étude et disposés à le signer.
  2. Patients âgés de 18 ans ou plus (ou âge pertinent selon les exigences locales du pays).
  3. CECA localement récurrent inopérable ou métastatique, vérifié histologiquement ou cytologiquement.
  4. Aucun traitement systémique antérieur autre que les suivants :
    1. Une chimiothérapie administrée en concomitance avec une radiothérapie en tant qu’agent radiosensibilisant.
    2. Thérapie néoadjuvante ou adjuvante antérieure si elle est terminée ≥ 6 mois avant l’inclusion dans l’étude.
  5. Maladie mesurable selon les critères RECIST v1.1, telle que déterminée par l’investigateur du centre local/l’évaluation radiologique. Les lésions tumorales situées dans une zone précédemment irradiée ou dans une zone soumise à une autre thérapie loco-régionale ne sont généralement pas considérées comme mesurables, à moins qu’une progression de la lésion n’ait été démontrée.
  6. Patients capables et acceptant de fournir un échantillon de tissu adéquat et un échantillon de sang total avec un résultat d’analyse centrale disponible avant la randomisation. En cas d’échantillons archivés, la biopsie doit avoir eu lieu dans les 6 mois précédant la randomisation.
  7. Indice de performance ECOG de 0 à 1.
  8. Si le/la patient(e) est séropositif/séropositive, alors il/elle doit être stable selon la définition suivante :
    1. Numération des CD4+ ≥ 300/μl.
    2. Charge virale indétectable selon le dosage recommandé.
    3. Recevoir un traitement antirétroviral (TAR/HAART) pendant au moins 4 semaines avant l’inclusion dans l’étude, et ne pas avoir présenté d’infection opportuniste liée au VIH pendant au moins 4 semaines avant l’inclusion dans l’étude.
  9. Patients acceptant d’éviter une grossesse ou de concevoir un enfant, conformément aux critères suivants :
    1. Les hommes doivent accepter de prendre les précautions appropriées pour éviter de concevoir des enfants (méthode avec au moins 99 % d’efficacité) à compter de la sélection et jusqu’à 120 jours après la dernière dose d’INCMGA00012 ou de placebo, ou jusqu’à 180 jours après la dernière dose d’agents chimiothérapeutiques, selon la dernière éventualité (ou plus longtemps si nécessaire en fonction des exigences spécifiques du pays), et ils doivent s’abstenir de faire des dons de sperme pendant cette période. Les méthodes autorisées qui sont efficaces à au moins 99 % dans la prévention de la grossesse (voir annexe A du protocole) doivent être communiquées aux patients, qui doivent confirmer les avoir comprises.
    2. Les femmes en âge de procréer doivent présenter un test de grossesse sérique négatif à la sélection et doivent accepter de prendre les précautions appropriées pour éviter une grossesse (méthode avec au moins 99 % d’efficacité) à compter de la sélection et jusqu’à 120 jours après la dernière dose d’INCMGA00012 ou de placebo, ou jusqu’à 180 jours après la dernière dose d’agents chimiothérapeutiques, selon la dernière éventualité. Les méthodes autorisées qui sont efficaces à au moins 99 % dans la prévention de la grossesse (voir annexe A du protocole) doivent être communiquées aux patientes, qui doivent confirmer les avoir comprises.
    3. Les femmes qui ne sont pas aptes à procréer (c.-à-d., chirurgicalement stériles suite à une hystérectomie et/ou une ovariectomie bilatérale OU ayant observé ≥ 12 mois d’aménorrhée et âgées d’au moins 50 ans) sont éligibles.

Critères de non-inclusion

  1. Avoir déjà reçu une thérapie dirigée contre PD-(L)1.
  2. Avoir reçu une radiothérapie antérieure avec ou sans chimiothérapie radiosensibilisante dans les 28 jours précédant le jour 1 du cycle 1 (remarque : toutes les toxicités associées doivent avoir été résolues à un grade ≤ 1).
  3. Patients présentant à la sélection les valeurs biologiques précisées :
    1. Hématologie : Plaquettes < 100 × 109/l b Hémoglobine < 9 g/dl c PNN (polynucléaires neutrophiles) < 1,5 × 109/l
    2. Fonction hépatique d ALAT > 2,5 x LSN ou > 5 x LSN pour les patients présentant des métastases hépatiques e ASAT > 2,5 x LSN ou > 5 x LSN pour les patients présentant des métastases hépatiques f Bilirubine ≥ 1,5 x LSN sauf si la bilirubine conjuguée est ≤ LSN (la bilirubine conjuguée ne doit être analysée que si la bilirubine totale dépasse la LSN). S’il n’y a aucune LSN institutionnelle, alors la bilirubine directe doit être < 40 % de la bilirubine totale.
    3. Fonction rénale g ClCr < 50 ml/min calculée selon l’équation de Cockcroft-Gault (le débit de filtration glomérulaire peut également être utilisé à la place de la ClCr)
    4. Coagulation h INR ou TP > 1,5 x LSN pour les patients ne recevant pas de traitement anticoagulant i TCA > 1,5 x LSN pour les patients ne recevant pas de traitement anticoagulant
  4. Tumeur maligne supplémentaire connue qui progresse ou nécessite un traitement actif, ou antécédents d’autre tumeur maligne dans les 3 ans précédant l’entrée dans l’étude, à l’exception d’un carcinome basocellulaire ou épidermoïde, d’un cancer de la vessie superficiel, d’un néoplasme intra-épithélial prostatique, d’un carcinome in situ du col de l’utérus, ou de toute autre tumeur maligne non invasive ou indolente guéri(e), pour lequel/laquelle le/la patient(e) ne présente plus la maladie depuis > 1 an, après un traitement avec intention curative.
  5. Maladie auto-immune active nécessitant une immunosuppression systémique supérieure aux doses d’entretien physiologiques de corticoïdes (> 10 mg de prednisone ou équivalent).
  6. Preuve de maladie pulmonaire interstitielle ou de pneumopathie non infectieuse active.
  7. Antécédent de greffe d’organe, y compris une allogreffe de cellules souches.
  8. Métastases actives connues au système nerveux central et/ou méningite carcinomateuse.
  9. Infection active connue par VHA, VHB ou VHC, définie par des transaminases élevées avec la sérologie suivante : positivité pour l’anticorps IgM anti-VHA, l’anticorps IgG ou IgM anti-VHC, l’anticorps IgG ou IgM anti-HBc, ou l’anticorps anti-HBs (en l’absence d’immunisation préalable).
  10. Infections actives nécessitant un traitement systémique ou l’utilisation d’antibiotiques systémiques jusqu’à 28 jours avant le jour 1 du cycle 1.
  11. Hypersensibilité connue au platine, au paclitaxel, à un autre anticorps monoclonal ou à l’un des excipients qui ne peut être contrôlée par des mesures standards (par ex., antihistaminiques, corticoïdes).
  12. Patients souffrant d’une insuffisance cardiaque ou d’une maladie cardiaque cliniquement significative :
    1. Maladie cardiaque de classe III ou IV selon la classification de la New York Heart Association, notamment arythmie ventriculaire, insuffisance cardiaque congestive ou cardiomyopathie cliniquement significative préexistante.
    2. Angor instable.
    3. Infarctus aigu du myocarde ≤ 6 mois avant la participation à l’étude.
    4. Autre maladie cardiaque cliniquement significative (c.-à-d. hypertension non contrôlée de grade ≥ 3 ou trouble de la conduction de haut grade).
  13. Patiente enceinte ou qui allaite.
  14. Avoir reçu un vaccin vivant dans les 28 jours précédant le jour 1 du cycle 1. Remarque : les exemples de vaccins vivants comprennent, entre autres, le vaccin contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle/le zona, la fièvre jaune, la rage, le BCG et la typhoïde. Les vaccins antigrippaux saisonniers injectables sont généralement des vaccins à virus inactivé et sont autorisés ; cependant, les vaccins antigrippaux intranasaux (par ex., FluMist®) sont des vaccins vivants atténués et ne sont pas autorisés.
  15. Utilisation actuelle de médicaments interdits, comme indiqué à la section 6.6.2 du protocole.
  16. Avoir une neuropathie périphérique préexistante de grade ≥ 2 selon les critères CTCAE v5.
  17. Toute affection qui pourrait, de l’avis de l’investigateur, interférer avec une pleine participation à l’étude, notamment au regard de l’administration du produit à l’étude et de la présence aux visites requises de l’étude, qui pourrait faire courir au/à la patient(e) un risque significatif ou qui pourrait influer sur l’interprétation des données de l’étude.

Calendrier prévisionnel

Lancement de l'étude : Novembre 2020
Fin estimée des inclusions : Octobre 2024
Nombre de patients à inclure : 300

Etablissement(s) participant(s)

> Centre Antoine Lacassagne (CAL)

(06) Alpes-Maritimes

Dr. Ludovic EVESQUE
Investigateur principal

> AP-HM - Centre Hospitalier Universitaire de la Timone

(13) Bouches-du-Rhône

Dr. Laetitia DAHAN
Investigateur principal

Coordonnateur(s)

Dr. Stefano Chong Hun KIM

CHU Besançon

Promoteur(s)

Incyte Corporation

Dernière mise à jour le 13 septembre 2021