MGMT-NET
Evaluation de l’apport du statut de la méthylation de MGMT(O6-methylguanine-DNA methyltransferase) sur l’efficacité d’un alkylant dans le traitement des tumeurs neuroendocrines

Phase : IV

Type d'essai : Académique / Institutionnel

Thème spécifique : Cancers Rares

Etat de l'essai : Ouvert

Objectif principal

Évaluer la méthylation MGMT de la tumeur chez les patients traités par une chimiothérapie à base d’agents alkylants pour une tumeur neuroendocrine comme facteur prédictif de la réponse objective selon les critères RECIST v1.1.

Objectifs secondaires

Évaluer et comparer selon les critères RECIST v1.1 la survie sans progression des patients traités par agents alkylants en fonction du statut MGMT.
Évaluer et comparer la survie globale des patients traités par agents alkylants en fonction du statut MGMT.
Comparer selon les critères RECIST v1.1 l’efficacité d’une chimiothérapie par agents alkylants avec celle d’une chimiothérapie par oxaliplatine chez les patients ayant une tumeur neuroendocrine avec un statut MGMT non méthylé.
Comparer selon les critères RECIST v1.1 l’efficacité d’une chimiothérapie par agents alkylants à celle d’une chimiothérapie par oxaliplatine chez les patients ayant une tumeur neuroendocrine avec un statut MGMT méthylé.
Évaluer selon les critères RECIST v1.1 l'utilité de l’identification du statut MGMT en immunohistochimie sur la tumeur neuroendocrine pour prédire la réponse objective à 3 mois.
Évaluer les altérations sur tissu tumoral (et sur ADN tumoral circulant), telles que DAXX/ ATRX, voie mTOR (PTEN, TSC2), MEN1, SMAD, VHL [28] précédemment décrites.
Évaluer selon les critères RECIST v1.1 le rôle pronostique de ces altérations dans les tumeurs neuroendocrines.
Évaluer la faisabilité du diagnostic de méthylation de MGMT sur l'ADN tumoral circulant par rapport au diagnostic de méthylation de MGMT sur le tissu tumoral de tumeur neuroendocrine.

Résumé / Schéma de l'étude

Il s’agit d’une étude de phase 4 randomisée, en groupes parallèles et multicentrique.

Les patients sont répartis en 2 groupes en fonction du statut de la méthylation du gène MGMT :

Groupe 1 (MGMT non méthylé) : Ces patients sont randomisés avec un ratio (1:1) en 2 bras.
- Bras 1 (expérimental) : les patients reçoivent en IV une chimiothérapie à base d’oxaliplatine de type GEMOX (gemcitabine, oxaliplatine) une fois toutes les 2 semaines ou de type FOLFOX (5-fluorouracile, leucovorine, oxaliplatine) une fois toutes les 2 semaines ou de type CAPOX (capécitabine, oxaliplatine) une fois toutes les 3 semaines.
- Bras 2 (comparateur actif) : les patients reçoivent en IV une chimiothérapie à base d’agents alkylants de type CapTem (capécitabine et témozolomide) une fois toutes les 4 semaines ou de type LV5FU2-dacarbazine (acide folinique, 5-fluorouracile, dacarbazine) une fois toutes les 2 semaines ou LV5FU2-streptozotocine (acide folinique, 5-fluorouracile, streptozotocine) une fois toutes les 2 semaines.

Groupe 2 (MGMT méthylé) : les patients sont randomisés avec un ratio (2:1) en 2 bras.
- Bras 3 (expérimental) : les patients reçoivent en IV une chimiothérapie à base d’oxaliplatine de type GEMOX (gemcitabine, oxaliplatine) une fois toutes les 2 semaines ou de type FOLFOX (5-fluorouracile, leucovorine, oxaliplatine) une fois toutes les 2 semaines ou de type CAPOX (capécitabine, oxaliplatine) une fois toutes les 3 semaines.
- Bras 4 (comparateur actif) : les patients reçoivent en IV une chimiothérapie à base d’agents alkylants de type CapTem (capécitabine, témozolomide) une fois toutes les 4 semaines ou de type LV5FU2-dacarbazine (acide folinique, 5-fluorouracile, dacarbazine) une fois toutes les 2 semaines ou de type LV5FU2-streptozotocine (acide folinique, 5-fluorouracile, streptozotocine) une fois toutes les 2 semaines.

Les patients sont suivis pendant une durée d’environ 7 mois.

Critères d'inclusion

  1. Âge ≥ 18 ans.
  2. Tumeur neuroendocrine (primitive duodéno-pancréatique ou pulmonaire ou inconnue), bien différenciée de grade 1-3, métastatique ou localement avancée, non opérable de manière curative, mesurable selon les critères RECIST v1.1, nécessitant une chimiothérapie systémique cytotoxique validée en réunion de concertation pluridisciplinaire selon les recommandations du TNCD (Thesaurus National de Cancérologie Digestive), et disponibilité d’un échantillon tumoral sous la forme de lames ou d’un bloc en paraffine ou congelé).
  3. IRM ou scanner thoraco-abdomino-pelvien avec injection d’agents de contraste réalisé à l’inclusion sauf si déjà réalisé dans les 4 semaines précédant le début du traitement de l’étude.
  4. Indice de performance ≤ 1 (OMS).
  5. Contraception efficace pour les patients en âge de procréer pendant la durée de l’étude et pendant au moins 6 mois après la fin du traitement de l’étude.
  6. Patient bénéficiaire ou affilié à un régime de sécurité sociale.
  7. Consentement éclairé signé.

Critères de non-inclusion

  1. Maladie importante qui ne permet pas d’inclure le patient dans l'étude.
  2. Traitement précédent par chimiothérapie à base d'oxaliplatine ou d‘agents alkylants (streptozotocine, dacarbazine ou témozolomide). Les patients ayant reçu un traitement antérieur par un autre type de chimiothérapie (platine-étoposide, FOLFIRI, paclitaxel ou docétaxel) sont autorisés.
  3. Contre-indication à tout médicament contenu dans le traitement de chimiothérapie.
  4. Patient privé de liberté, sous tutelle ou curatelle.
  5. Femme enceinte ou en cours d’allaitement.

Calendrier prévisionnel

Lancement de l'étude : Octobre 2018
Fin estimée des inclusions : Juillet 2022
Nombre de patients à inclure : 104

Etablissement(s) participant(s)

> Institut Paoli-Calmettes (IPC)

(13) Bouches-du-Rhône

Pr. Patricia NICCOLI
Investigateur principal

Coordonnateur(s)

Pr. Catherine LOMBARD-BOHAS

Hôpital Édouard Herriot - HCL

Promoteur(s)

Hospices Civils de Lyon (HCL)

Dernière mise à jour le 03 août 2021